Florence Gérard

Naturopathie
CENATHO, Paris

Sophrologie EBSR, Bruxelles

Herboristerie INFOBO & Herboristerie Desmecht, Bruxelles

QiGong thérapeutique TCM Li Qi-Duan, Berlin

Analyse et réinformation cellulaire ARC Michel Larroche

Energétique hologrammique Pierre Grospas, NÎmes

Analyse transgénérationnelle Didier Dumas, Paris

Psychophanie Denise Seneca, Paris

.... et des années de développement personnel et d'expérience en entreprise.

Sur rendez-vous

479 avenue Louise
1050 Bruxelles

Téléphone : 0486 50 51 52
Contact mail

Tram : 7, 93, 94
Arrêt Legrand

Parking public : Q-Park
Chaussée de Waterloo 715
Rue Stanley 56

tourdetaille_2.jpgToujours sur PasseportSanté, une piste pour éliminer "La graisse abdominale : coupable" (voir article précédent)

 Si votre surplus de poids se situe à l'abdomen principalement, il faut agir sans tarder, car avoir un surplus de poids c’est une chose, mais avoir un surplus de poids à l'abdomen, c’est carrément dangereux ! Et cette graisse abdominale est la plus récalcitrante à éliminer.

On parle d’obésité abdominale lorsque le tour de taille est de 94 cm chez l’homme et de 80 cm chez la femme. À ce stade, le risque de souffrir de troubles cardiaques, de diabète et d’hypertension est augmenté de beaucoup. Alors, prenez votre centimètre de couturière et vérifiez votre tour de taille !

Pourquoi la graisse abdominale est-elle nocive?
Lorsque la graisse s’accumule de manière sous-cutanée (sous la peau), il n’y a pas de problème. Par contre, lorsque cette même graisse se concentre de façon viscérale, c’est-à-dire dans le foie et les muscles qui ne sont pas des sites normaux de stockage de la graisse, ça produit des conséquences négatives. La raison en est que la graisse abdominale ou viscérale se dirige plus facilement vers les artères, en plus de libérer une molécule néfaste pour le coeur.

Malgré des changements effectués dans les habitudes alimentaires, beaucoup de personnes n’arrivent pas à perdre cette graisse abdominale. Selon un avis publié dans le livre L'obésité abdominale, une maladie métabolique, par Jean-Pierre Després, en 2007, il semblerait que la meilleure stratégie nutritionnelle pour contrer l’obésité abdominale serait d’adopter un régime comprenant de 45 % à 50 % de glucides et de privilégier les glucides à index glycémique faible.

Lire la suite sur le blog d'Hélène Baribeau... et en particulier les commentaires publiés en bas de l'article.